Aller au contenu principal

Projet pilote sur les produits régénérants

verjongers1

Nos routes souffrent de plus en plus, affaiblies par un trafic toujours plus dense et des conditions météorologiques toujours plus extrêmes. Pour éviter les coûts élevés d’une rénovation totale du revêtement bitumineux, celui-ci doit être entretenu régulièrement de manière préventive à l’aide d’un traitement de surface (enduit superficiel ou MBCF). Une fine couche d’usure, constituée de bitume et de gravillons, est appliquée sur l’enrobé. Ces techniques d’entre­tien préventif augmentent l’imperméabilité du revêtement (et améliorent donc sa longévité) et ralentissent le vieillissement du liant dû à l’oxygène et aux rayons ultraviolets. De plus, les nuisances éventuelles pour le trafic et les riverains restent limitées et les coûts d’entretien sont moindres.

L’Agentschap Wegen en Verkeer (AWV), en étroite collaboration avec le CRR et l’entrepreneur Hoogmartens Wegenbouw, a décidé de tester une alternative à ces techniques traditionnelles dans le cadre d’un projet pilote. Plusieurs produits régénérants, qui devraient permettre de préserver la qualité du revêtement à plus long terme et à moindre coût, y seront étudiés.

Une alternative à l’enduit superficiel ou au MBCF traditionnels

Lors de ce projet pilote, l’AWV va tester quatre produits qui feront office de couche d’usure et de barrière mécanique à l’effet de vieillissement. Leur objectif est non seulement de rendre le revêtement moins perméable, mais surtout d’entraîner une interaction chimique avec le liant du revêtement bitumineux sous-jacent. Sous l’effet de ces produits, le bitume présent dans l’enrobé deviendra moins fragile et à nouveau plus élastique, l’adhésivité entre le liant et les granulats sera renforcée et les petites fissures seront colmatées.

L’enrobé va en quelque sorte rajeunir, prolongeant par conséquent la longévité du revêtement.

Les produits seront comparés et évalués afin de déterminer leur durabilité, leur efficacité et leur rentabilité.

asfaltverjongers

Déroulement du projet

Pour ce projet pilote, l’AWV effectuera un traitement superficiel sur cinq sections de 500 m chacune. Quatre de ces sections seront traitées avec des produits régénérants tandis que sur la dernière, on appliquera un enduit traditionnel. Après deux ans, le même produit sera à nouveau appliqué dans chaque section sur 250 m. Des zones de 50 m non traitées seront laissées entre chacune de ces sections. Elles serviront de zones de référence.

Le mardi 9 juin, VTM Nieuws, VRT NWS et TVL ont fait le déplacement pour rencontrer nos experts et réaliser un reportage sur ce projet innovant. Regardez le reportage de TVL ici et le reportage de VRT NWS ici.

Afin d’évaluer la qualité de cette technique, l’AWV et le CRR mesureront divers paramètres et suivront leur évolution au cours des prochaines années.

Nous vous tiendrons informés des avancées de ce projet sur nos différentes plateformes.

verjongers1

Nos routes souffrent de plus en plus, affaiblies par un trafic toujours plus dense et des conditions météorologiques toujours plus extrêmes. Pour éviter les coûts élevés d’une rénovation totale du revêtement bitumineux, celui-ci doit être entretenu régulièrement de manière préventive à l’aide d’un traitement de surface (enduit superficiel ou MBCF). Une fine couche d’usure, constituée de bitume et de gravillons, est appliquée sur l’enrobé. Ces techniques d’entre­tien préventif augmentent l’imperméabilité du revêtement (et améliorent donc sa longévité) et ralentissent le vieillissement du liant dû à l’oxygène et aux rayons ultraviolets. De plus, les nuisances éventuelles pour le trafic et les riverains restent limitées et les coûts d’entretien sont moindres.

L’Agentschap Wegen en Verkeer (AWV), en étroite collaboration avec le CRR et l’entrepreneur Hoogmartens Wegenbouw, a décidé de tester une alternative à ces techniques traditionnelles dans le cadre d’un projet pilote. Plusieurs produits régénérants, qui devraient permettre de préserver la qualité du revêtement à plus long terme et à moindre coût, y seront étudiés.

Une alternative à l’enduit superficiel ou au MBCF traditionnels

Lors de ce projet pilote, l’AWV va tester quatre produits qui feront office de couche d’usure et de barrière mécanique à l’effet de vieillissement. Leur objectif est non seulement de rendre le revêtement moins perméable, mais surtout d’entraîner une interaction chimique avec le liant du revêtement bitumineux sous-jacent. Sous l’effet de ces produits, le bitume présent dans l’enrobé deviendra moins fragile et à nouveau plus élastique, l’adhésivité entre le liant et les granulats sera renforcée et les petites fissures seront colmatées.

L’enrobé va en quelque sorte rajeunir, prolongeant par conséquent la longévité du revêtement.

Les produits seront comparés et évalués afin de déterminer leur durabilité, leur efficacité et leur rentabilité.

asfaltverjongers

Déroulement du projet

Pour ce projet pilote, l’AWV effectuera un traitement superficiel sur cinq sections de 500 m chacune. Quatre de ces sections seront traitées avec des produits régénérants tandis que sur la dernière, on appliquera un enduit traditionnel. Après deux ans, le même produit sera à nouveau appliqué dans chaque section sur 250 m. Des zones de 50 m non traitées seront laissées entre chacune de ces sections. Elles serviront de zones de référence.

Le mardi 9 juin, VTM Nieuws, VRT NWS et TVL ont fait le déplacement pour rencontrer nos experts et réaliser un reportage sur ce projet innovant. Regardez le reportage de TVL ici et le reportage de VRT NWS ici.

Afin d’évaluer la qualité de cette technique, l’AWV et le CRR mesureront divers paramètres et suivront leur évolution au cours des prochaines années.

Nous vous tiendrons informés des avancées de ce projet sur nos différentes plateformes.