Aller au contenu principal

Dossier 20 – L’utilisation de lignes d’alerte audiotactiles, ou bandes d’alerte sonores, afin de prévenir les sorties involontaires de voie

ligne d'alert audiotactiles

La littérature indique que les lignes d’alerte audiotactiles (LAA, parfois aussi nommées «bandes d’alerte sonores», ou encore «bandes rugueuses») – médianes ou de rive – sont une contre-mesure efficace pour réduire les accidents survenant suite à une sortie de voie. Le bruit et les vibrations produits par ces lignes alertent les conducteurs quand ils quittent la voie sur laquelle ils circulent.

Selon les études analysées par Elvik & Vaa (2004) [1], les bandes sonores de rive sont susceptibles de réduire le nombre d’accidents résultant d’une sortie de voie d’environ 30 %. Le NCHRP Report n° 641 (2009) [2] fait état de réductions importantes en matière de fréquence d’accident lorsque ces bandes sont mises en place sur des routes bidirectionnelles: 45 % à 64 % de réduction des accidents (mortels ou avec blessés) concernant des collisions frontales ou latérales suite à l’installation de bandes rugueuses médianes, et, 17 % à 34 % de réduction des accidents (mortels ou avec blessés) concernant des sorties de route à droite suite à l’installation de bandes rugueuses de rive.

Bien que les lignes d’alerte audiotactiles aient fait leurs preuves en termes de réduction des accidents par sortie de voie, l’utilisation de ce dispositif de sécurité reste limitée, probablement à cause de l’absence de lignes directrices pratiques et de l’idée qu’elles s’accompagnent de problèmes tels que la pollution sonore, la gêne pour les deux-roues et une difficulté d’entretien. Ce dossier a comme objectif de décrire les différents dispositifs qu’il est possible d’installer, leurs caractéristiques géométriques et leur efficacité afin de synthétiser les paramètres pratiques principaux entrant en ligne de compte, et ainsi d’aider le gestionnaire dans sa décision de conception et de placement afin de maîtriser les inconvénients cités ci-avant, aux fins de réduire le nombre d’accidents par sortie de route.

Ce document repose principalement sur une analyse approfondie de la littérature américaine (les bandes d’alerte sonores y étant abondamment utilisées) et des résultats du projet français Roadsense (chapitres 2 à 4). Le chapitre 5 propose, sous la forme d’une liste de questions, une aide à la décision pour guider les concepteurs et les gestionnaires dans le choix de recourir à l’usage des lignes d’alerte audiotactiles. Enfin, le chapitre 6 présente les conclusions de toute cette démarche, ainsi que les perspectives en termes d’études complémentaires, veille technologique et développement futur.

ligne d'alert audiotactiles

La littérature indique que les lignes d’alerte audiotactiles (LAA, parfois aussi nommées «bandes d’alerte sonores», ou encore «bandes rugueuses») – médianes ou de rive – sont une contre-mesure efficace pour réduire les accidents survenant suite à une sortie de voie. Le bruit et les vibrations produits par ces lignes alertent les conducteurs quand ils quittent la voie sur laquelle ils circulent.

Selon les études analysées par Elvik & Vaa (2004) [1], les bandes sonores de rive sont susceptibles de réduire le nombre d’accidents résultant d’une sortie de voie d’environ 30 %. Le NCHRP Report n° 641 (2009) [2] fait état de réductions importantes en matière de fréquence d’accident lorsque ces bandes sont mises en place sur des routes bidirectionnelles: 45 % à 64 % de réduction des accidents (mortels ou avec blessés) concernant des collisions frontales ou latérales suite à l’installation de bandes rugueuses médianes, et, 17 % à 34 % de réduction des accidents (mortels ou avec blessés) concernant des sorties de route à droite suite à l’installation de bandes rugueuses de rive.

Bien que les lignes d’alerte audiotactiles aient fait leurs preuves en termes de réduction des accidents par sortie de voie, l’utilisation de ce dispositif de sécurité reste limitée, probablement à cause de l’absence de lignes directrices pratiques et de l’idée qu’elles s’accompagnent de problèmes tels que la pollution sonore, la gêne pour les deux-roues et une difficulté d’entretien. Ce dossier a comme objectif de décrire les différents dispositifs qu’il est possible d’installer, leurs caractéristiques géométriques et leur efficacité afin de synthétiser les paramètres pratiques principaux entrant en ligne de compte, et ainsi d’aider le gestionnaire dans sa décision de conception et de placement afin de maîtriser les inconvénients cités ci-avant, aux fins de réduire le nombre d’accidents par sortie de route.

Ce document repose principalement sur une analyse approfondie de la littérature américaine (les bandes d’alerte sonores y étant abondamment utilisées) et des résultats du projet français Roadsense (chapitres 2 à 4). Le chapitre 5 propose, sous la forme d’une liste de questions, une aide à la décision pour guider les concepteurs et les gestionnaires dans le choix de recourir à l’usage des lignes d’alerte audiotactiles. Enfin, le chapitre 6 présente les conclusions de toute cette démarche, ainsi que les perspectives en termes d’études complémentaires, veille technologique et développement futur.