Le CRR participe au projet de réaménagement de la place Eugène Keym à Watermael-Boitsfort

Article extrait du Bulletin CRR 108

Contexte

Aménagée dans les années septante, la place Keym est maintenant confrontée à des problèmes de sécurité, en raison notamment de sa vétusté, de nombreuses dégradations ou encore de son encombrement. L’ampleur des désagréments est telle qu’un réaménagement en profondeur de la place est maintenant nécessaire.

Pour ce faire, la commune a décidé d’opter pour un processus participatif. A l’automne 2015, les habitants et les commerçants ont eu l’opportunité de faire entendre leur voix lors de trois ateliers. Au terme de ceux-ci, un avant-projet a été mis sur pied, en collaboration avec un groupe d’experts, et concilie au mieux des différents avis et souhaits exprimés.

Principe de réaménagement

Le réaménagement a notamment pour objectif de faire de la Place Keym un espace partagé, attractif et dynamique. Les éléments gênants seront retirés afin de permettre l’organisation d’événements (marchés, brocantes, etc.). Les arbres, le mobilier urbain et les éléments ludiques tels que des jeux et une fontaine seront quant à eux conservés (sous leur forme actuelle ou non).

Les rues seront également réaménagées, afin d’améliorer l’accessibilité, le confort et la sécurité des piétons, des personnes à mobilité réduite et des cyclistes, ainsi que la fluidité de déplacement de tous les usagers. Il n’y aura ainsi plus qu’une seule bande par sens de circulation (sans voie de bus ni îlot central), et certains feux de signalisation disparaîtront. Les différences de niveau inutiles seront supprimées. La ­vitesse sera limitée et les parties circulables mieux indiquées. Outre de meilleurs aménagements pour les cyclistes, les trottoirs seront également élargis et les traversées piétonnes rehaussées et raccourcies.

Le choix de matériaux antidérapants et harmonieux devrait également jouer en faveur de l’attractivité, de la sécurité et du confort de la place.

Il n’est pas prévu de faire de la Place Keym un espace totalement piétonnier, car cela aurait pour effet de reporter le trafic sur d’autres voiries. De plus, les habitants ont émis le souhait de conserver les accès routiers existants ainsi que les places de stationnement disponibles.

Rôle du CRR lors de l’évaluation préliminaire


Figure 1 – Aperçu du dispositif sur le mât télescopique sur le site test (à gauche) et de la caméra (à droite)


Figure 2 – Radar Doppler pour les mesures de vitesse


Figure 3 – Exemples d’images enregistrées sur le site test

Outre des simulations informatiques, un aménagement provisoire a été mis sur pied pendant trois mois (du 4 avril au 4 juillet 2016), afin de confronter les effets du réaménagement à la pratique et d’adapter le projet si nécessaire avant le début des travaux.

Lors de cette phase de test, la société bruxelloise de transports en commun STIB a collecté des données sur la vitesse commerciale (la vitesse moyenne réelle d’un train, tram, bus ou métro sur un certain trajet ou sur une certaine ligne) pour les lignes de bus concernées.

Il a été demandé au CRR de réaliser une analyse complémentaire sur les causes possibles des éventuels impacts positifs ou négatifs du réaménagement sur la circulation des bus, ainsi que sur les interactions entre les bus, les modes de transport actifs et les autres usagers, et sur le respect de la limitation de vitesse de 30 km/h. Un enregistrement vidéo et des mesures de vitesse ont été réalisés pour cette analyse.

Pour ce faire, le Centre dispose de l’équipement suivant:

  • une caméra analogique jour/nuit installée sur un mât télescopique pour les enregistrements vidéos;
  • des radars Doppler pour les mesures de vitesse.

Pour l’analyse des flux de trafic et des interactions entre les usagers, un enregistrement vidéo a été effectué pendant 12 h lors d’un jour de semaine type. La caméra placée à 10 m de hauteur sur le mât télescopique a été placée en dehors de la chaussée, sur une bande de stationnement adjacente, afin de ne pas entraver le trafic lors de l’enregistrement.

Pour les mesures de vitesse, deux radars Doppler ont été installés et un relevé horodaté des plaques d’immatriculation a été effectué à quatre moments de la journée, afin de calculer la vitesse des véhicules motorisés.

Conclusions et suite du projet

L’évaluation réalisée par les différents partenaires (Bruxelles Mobilité, STIB, bureau d’architecture, CRR) était essentiellement positive. Le réaménagement n’a pas de conséquence négative pour la régularité des lignes de transport en commun et dans certains cas, induit même une légère amélioration. De manière générale, cela est aussi le cas pour la fluidité du trafic. La vitesse moyenne se situe autour des 30 km/h. Dans le projet définitif, il faudra tenir compte de différents points d’attention, notamment le fait que les girations de certains bus sont problématiques car elles entrent en conflit avec le trafic des voitures et le fait qu’il est impératif de garantir des livraisons fluides, le respect de la limitation de vitesse, ainsi que le confort et la sécurité des piétons et des cyclistes.

Le bureau d’architecture en charge du projet va à présent poursuivre la préparation des plans en vue de déposer une demande de permis d’urbanisme, et une enquête publique sera organisée, afin que chacun puisse remettre un avis.

Pour de plus amples informations

Les rapports du CRR et de la STIB peuvent être téléchargés sur le site web du projet www.keym1170.be (voir Evaluation positive du test place Keym). Vous y trouverez aussi de plus amples informations concernant le réaménagement.

 

Contact: