A propos de "L’eau et la route"

Domaines de travail (1)

>>

L’infrastructure routière doit permettre de résorber le plus rapidement possible les eaux pluviales de manière à ce que la circulation en subisse le moins de nuisances possible. Cela peut se faire de différentes manières: par infiltration locale, structure drainante, évacuation via des filets d’eau et des avaloirs.

A l’heure actuelle, nous sommes confrontés à des changements climatiques qui nous apportent localement et de manière irrégulière des pics extrêmes de précipitations.

Entre-temps, beaucoup de changements ont eu lieu en matière d’évacuation des eaux. Avant, les eaux pluviales, souvent mélangées aux eaux usées, étaient évacuées le plus rapidement possible vers un point de déversement (eau libre, cours d’eau). Aujourd’hui, les eaux usées sont séparées des eaux de pluie et évacuées vers une station d’épuration, d’où elles sont ensuite déversées en eau libre ou dans un cours d’eau.

En raison de la forte densité de construction, nous avons créé dans le passé d’importantes surfaces revêtues dont les eaux sont évacuées en grande partie par les voiries et leur système d’évacuation des eaux pluviales. Souvent ce système n’a donc pas à évacuer que l’eau de la route elle-même. Pour réduire au maximum les problèmes d’inondations, surtout là où ils sont connus, il est nécessaire de prendre, dès la conception, des mesures pour laisser s’infiltrer l’eau localement, l’évacuer de manière différée ou la stocker provisoirement.

Le défi d’aujourd’hui est de veiller à intégrer les innovations de manière à garantir aussi à l’avenir à nos enfants une circulation routière sûre. Le CRR anticipe les besoins qui s’annoncent et offre ainsi son soutien au secteur pour mener à bonne fin d’une manière durable et qualitative la pose des égouts souvent intégrée dans la voirie. Lors de la pose il est indispensable de réaliser des contrôles pour pouvoir atteindre la qualité et les performances visées. Notre personnel spécialisé mène des activités de développement technologique, de recherche et de transfert des connaissances pour améliorer la qualité en permanence. Nous offrons d’ailleurs les formations nécessaires pour ce transfert des connaissances.

Les questions et besoins du secteur sont traités au sein de notre comité technique CT5b et peuvent déboucher sur des programmes de recherche pour le CRR. Le comité technique est composé d’une représentation homogène du secteur.